Menu

La ville de Baie-Saint-Paul sera prête en cas de séisme

Les employés à la ville de Baie-Saint-Paul se sont mis à l'abris dans l'Hôtel de ville, comme le voulait les indications de la Grande Secousse de Charlevoix

Aussitôt la simulation du séisme terminée, un comité formé de divers intervenants s’est rencontré à l’Hôtel de ville pour mettre en place les mesures d’urgence, comme ce serait le cas lors d’un véritable sinistre.

Le directeur général Martin Bouchard explique. « Quelques minutes après une catastrophe, nous ferions une lecture de la situation et nous serions déjà en mode de déploiement afin d’ouvrir des centres d’hébergement pour les sinistrés. Les premières minutes et les premières heures seront consacrées à l’organisation, à la communication et à la mobilisation. » explique le directeur.

Lors d'un véritable séisme, le directeur général de la ville et le maire devront s'adresser aux médias après la rencontre entre les intervenants. Jean Fortin étant absent jeudi, Olivier Simard occupait le poste de pro-maire.

Le maire d'une municipalité a le pouvoir de décréter l'état d'urgence et de mettre en place la mobilisation

Les pompiers, premiers intervenants, ont aussi mis en pratique leur plan d’intervention post-séisme.

Le chef pompier Alain Gravel est plus que satisfait du travail de ses troupes. « Ça a extraordinairement bien été. Quand il y a eu la secousse, mes pompiers en ont été avertis par leur téléavertisseur et se sont présentés à la caserne, comme le veut le plan. Si notre système de communication venait à faire défaut, c’est entendu que les pompiers se réunissent à la caserne aussitôt qu’un séisme d’importance frappe. Leur première mission est de se présenter ici, après avoir sécurisé leur famille. » dit-il.

Alain Gravel revient sur l'exercice avec les pompiers

Le plan post-séisme du service incendie de Baie-Saint-Paul prépare les pompiers à se diviser en équipe, afin de couvrir tout le territoire. « Les troupes sont divisées en trois équipes pour les incendies et deux équipes pour les sauvetages. Nous étions prêts en 15 minutes à gérer 5 sites différents. Ce que les pompiers doivent faire, c’est de sortir les victimes des lieux sinistrés et les transporter de façon sécuritaire dans les centres d’hébergement. Ici, c’est le Centre éducatif Saint-Aubin. »

Selon les divers intervenants, les objectifs de communication et de mobilisation sont atteints et la ville de Baie-Saint-Paul sera prête à intervenir en cas de séisme majeur.

Se baisser, s'abriter et s'agripper sont les règles à suivre en cas de séisme

Un guide pratique du plan avec les étapes à suivre sera remis à tous les employés de la ville.