Menu

Les ostéopathes charlevoisiens réclament la création d’un ordre professionnel

Écrit par Justine Maurel Date : 6 mai. (7H22)
À la une
Depuis plus de 30 ans, les ostéopathes québécois réclament la constitution d’un Ordre professionnel et il pourrait bientôt voir le jour.

La semaine dernière, le ministre de la Santé, Christian Dubé s’est en effet montré favorable à la mise en place d’une telle organisation, mais selon lui, le dernier mot reviendra à la ministre de l’Éducation supérieure, Danielle McCann.

Pour de nombreux ostéopathes de Charlevoix, cette avancée est primordiale : elle permettrait de mieux encadrer la profession et d’harmoniser les formations, comme l’explique Josée Boudreault. Ostéopathe à La Malbaie, elle exerce depuis 8 ans.

Actuellement, les ostéopathes peuvent être diplômés après quatre ou cinq années d’études, mais parfois, c’est beaucoup moins : « Certains n’ont aucune base dans le domaine de la santé, regrette Frederika Grégoire, ostéopathe à Baie-Saint-Paul. N’importe qui peut devenir ostéopathe, j’en connais même une qui a seulement suivi une formation en ligne », ajoute-t-elle.

Selon elle, la création d’un Ordre professionnel permettrait « d’éviter les charlatans », et ainsi de protéger la population. Un avis que partage Josée Boudreault.

Si l’encadrement de la profession est si important, pourquoi l’ordre professionnel n’a pas été créé plus tôt ?

D’après Josée Boudreault, le manque de preuves scientifiques sur les bienfaits de l’ostéopathie est en cause, mais d’autres professionnels comme Claudette Vendal, praticienne à Baie-Saint-Paul, ont un avis différent : « les médecins ne veulent pas nous reconnaitre en tant que professionnels de la santé, explique-t-elle. Pourtant pendant la pandémie, nous avons été reconnus comme travailleurs essentiels ».

Elle reste cependant optimiste et espère que l’ordre professionnel des ostéopathes verra le jour avant les prochaines élections provinciales.